Se mettre à réviser en vue d’un examen, reprendre une formation ou ses études que l’on soit adulte ou adolescent est une tâche très complexe qui demande de passer par plusieurs étapes afin d’être efficace.

Prendre le temps d’organiser son travail fait partie des révisions. Cette étape est souvent négligée, pourtant elle est essentielle.

1️⃣ Est-ce que je sais clairement sur quoi je vais être interrogé(e) ?

Si je prépare un examen, le professeur me l’a dit, je vérifie. Si c’est un concours, je recherche le programme dans la documentation ou le rapport de jury.

Il est fréquent que l’élève ou l’étudiant ait pour premier réflexe de reprendre ses cours directement pour réviser. Or le programme de l’examen (c’est plus rare pour un concours) peut être différent, certaines parties du cours peuvent ne pas être concernées.

2️⃣ Qu’est-ce que je sais déjà de façon solide ?

« Que sais-je ? », la célèbre question de Montaigne doit être au centre de l’attention de celui ou celle qui se prépare à se lancer dans des révisions.

Il peut y avoir de fausses croyances sur ce que l’on sait réellement : on peut penser savoir déjà des choses qui en réalité ne sont pas solides. À l’inverse, on peut ne pas avoir conscience qu’en fait, on en connait déjà beaucoup sur un sujet. Refaire un ou deux exercices ou demander à quelqu’un de poser des questions peut-être une bonne idée.

3️⃣ Est-ce que je maîtrise la technique de l’exercice concerné : dissertation, commentaire, synthèse, etc. ?

Si je ne sais pas, je travaille ça en priorité. Travailler la technique d’un exercice particulier passe d’abord par l’étude de la méthodologie qui a été donnée par l’enseignant ou le formateur. Dans un second temps, il faut reprendre les activités autour de cette technique qui ont été corrigées.

4️⃣ Je répartis le travail à réaliser en tenant compte de ce qui est prioritaire et en veillant à bien évaluer la charge de travail que chaque partie représente.

Répartir le travail à faire passe d’abord par l’évaluation la plus précise possible du temps demandé par chaque élément à réviser. ⚠️ On sous-estime généralement le temps nécessaire.

Il faut ensuite obtenir le total du temps nécessaire et le diviser par le nombre de jours disponibles. C’est généralement à ce moment que l’angoisse monte !

Lorsque le temps disponible se révèle trop court, il faut procéder au tri des choses à réviser en fonction de critères objectifs : quel est le coefficient de l’épreuve, quel est actuellement mon niveau de maîtrise de cet élément du programme par exemple.

5️⃣ J’utilise la méthode d’apprentissage qui me convient et que je maîtrise.

Une chose est sûre, le fait est maintenant attesté par la science : se contenter de lire et relire un texte n’est pas du tout la meilleure façon de le mémoriser. Il est essentiel de trouver une méthode plus efficace.

Dans tous les cas, il faut avoir compris de quoi il s’agit et maîtriser l’intégralité du vocabulaire. Il y a plusieurs siècles déjà, Nicolas Boileau l’avait formulé : « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément. »

Le meilleur moyen de savoir si on connait un cours est le suivant : tant que l’on n’est pas capable d’expliquer en détail à une autre personne de quoi parle la leçon, c’est qu’on ne l’a pas apprise correctement.

Lire et relire n’est pas efficace parce que l’on confond rapidement le fait de comprendre le texte et celui de le savoir. Il faut employer une méthode qui permet de réellement s’approprier les notions et force à les reformuler.

📄 Faire des fiches peut être utile, à condition de faire la fiche sans avoir le cours sous les yeux et de veiller à ce qu’elle ne contienne que des mots clés, des notions ou des schémas. Elle ne doit en aucun cas être un résumé du cours et il n’est pas utile de perdre du temps à faire du lettering.

📸 On peut se faire des flashcards, sur de simples fiches de bristol ou en utilisant une application sur son téléphone. On met une question d’un côté, la réponse de l’autre.

🧠 On peut également faire des cartes mentales (ou mind maps). Cet outil très puissant permet de s’approprier une leçon et de la structurer d’une façon personnelle. Le mind mapping fonctionne comme le cerveau en associant des idées les unes aux autres.

6️⃣ Je veille à organiser chacune de mes journées de travail de manière à faciliter les apprentissages.

Il faut éviter de travailler par blocs d’une seule matière trop longs. Il est préférable d’alterner les disciplines et les types d’activités. Il faut également veiller à répartir les phases d’apprentissages et de révisions.

Pour être bien su, un cours doit avoir été appris une première fois puis révisé de manière espacée, l’espacement devant être de plus en plus long.

On peut utiliser la méthode Pomodoro pour travailler de manière efficace tout en se ménageant des phases de récupération.

7️⃣ J’adopte une hygiène de vie favorable aux apprentissages.

Je prends soin de mon corps : sommeil, alimentation, sport.

8️⃣ Je veille à ne pas être débordé(e) par mes émotions.

La gestion des émotions et du stress est fondamental pour de bonnes révisions et pouvoir aborder l’examen ou le concours dans les meilleures conditions possibles.

Des techniques de respiration telles que la cohérence cardiaque ou des techniques telles que la sophrologie ou la méditation de pleine conscience permettent de faire face à l’afflux d’émotions, généralement négatives.

Pour rester informé.e de nos publications, inscrivez-vous à notre newsletter.

👇🏼

Share This